email hidden; JavaScript is required au prix de 25 euros port compris. </p> " data-medium-file="https://i2.wp.com/www.cnds.lu/wp/wp-content/uploads/Livre.jpg?fit=450%2C676" data-large-file="https://i2.wp.com/www.cnds.lu/wp/wp-content/uploads/Livre.jpg?fit=501%2C753" class=" size-medium wp-image-1116 alignleft" src="http://www.cnds.lu/wp/wp-content/uploads/Livre-450x676.jpg" alt="Livre" width="450" height="676" srcset="https://i2.wp.com/www.cnds.lu/wp/wp-content/uploads/Livre.jpg?resize=450%2C676 450w, https://i2.wp.com/www.cnds.lu/wp/wp-content/uploads/Livre.jpg?w=501 501w" sizes="(max-width: 450px) 100vw, 450px" />

« CNDS – Les 45 premières années d’un pionnier du social »

de Katja Rausch

Tout le monde connaît Abrigado, plus connu sous la Fixerstuff, ou la Vollekskichen ou Nei Aarbecht. Mais peu de gens connaissent le CNDS, le Comité National de Défense Sociale. L’association sans but lucratif créée en 1967 fête cette année ses 45 ans. Le livre « CNDS – Les 45 premières années d’un pionnier du social » entend autant informer sur une face cachée du Luxembourg que raconter l’histoire d’une asbl atypique. 160 pages illustrées autour d’événements pionniers du secteur social luxembourgeois : la création du premier home d’accueil pour ex-détenus dans les années 50, le streetwork précurseur pour les drogués et les prostituées dans les années 80 ou bien la réouverture en 1982 de la cuisine populaire.Travaux précurseurs et profiles atypiques Ces (r)-évolutions sont illustrées au travers d’histoires individuelles comme celle d’une Claire Kieffer, assistante sociale, qui s’est dévouée à la rééducation et la réinsertion d’ex-prisonniers et d’adolescents en danger de déviance. Comment cette femme déterminée a pu marquer le secteur social dès les années 50 jusqu’en 1980, année où elle est brutalement assassinée par un de ses protégés. Puis, dans les années 80, le streetwork d’un Tom Schlechter envers les drogués et les prostituées du quartier de la Gare avec Kontakt op der Gare, Tox-In et aujourd’hui Abrigado. Ou comment en 1982, avec l’ouverture de la Vollekskichen et en 1986, la création deNei Aaarbecht, le CNDS s’est engagé le premier pour les derniers de notre société. Inclure l’exclusion Le livre vise avant tout à informer et à susciter la réflexion sur des notions tels le bénévolat, l’engagement social ou les valeurs sociétales. Comment une asbl atypique, qui depuis toujours inclut l’exclusion, s’est-elle transformée au fil du temps ? Pour offrir une approche multi-facette, le livre comporte trois parties. D’abord l’histoire des 45 ans du CNDS, ensuite trois portraits de ses membres-fondateurs, Paul Faber, président de la Cour Supérieure de Justice, Claire Kieffer, assistante sociale et Gaston Schaber, psychologue et directeur du CEPS/INSTEAD et de l’ISERP et finalement, la présentation des six structures actuelles du CNDS, Abrigado, CNDS Naturaarbechten, CNDS Wunnen, Nei Aarbecht, les Services de l’Entraide et la Vollekskichen. D’un petit groupe de bénévoles à une PME nationale L’histoire du CNDS pose également des questions d’actualité sur l’engagement social voire l’existence de l’esprit pionnier en 2012. Le secteur social contemporain, hautement conventionné tourné vers l’économie sociale, favorise-t-il toujours cet esprit innovateur caractéristique des débuts du CNDS ? Sans louer ou ni juger, le livre aborde une facette peu décrite du Luxembourg où un petit groupe de bénévoles a déclenché, par conviction, des changements fondamentaux du secteur social luxembourgeois. Comment ce groupe de « missionnaires » est devenu en quatre décennies une entreprise sociale d’une centaine de salariés. De coutume aux éditions Karà, les honoraires d’auteur sont versés à l’asbl, Le Rêve du Petit Prince, qui permet de réaliser le dernier rêve d’enfants atteints d’une maladie grave ou incurable et de soigner les enfants victimes d’abus et traumatisés par des delphinothérapies.

 

Vous pouvez commander le livre auprès du CNDS, sous l’adresse administration @ cnds.lu  au prix de 25 euros port compris. (LU22 1111 0259 2526 0000 CCPL)

 

Interview avec Gilles Rod du 17.12.2012